Vous souhaitez améliorer la gouvernance de votre organisation? Découvrez la formation sur mesure intitulée Vers une gouvernance « créatrice de valeurs »MD : comment jouer un rôle plus actif sur votre conseil d’administration.

Développée par l’Institut sur la gouvernance des organisations privées et publiques (IGOPP), cette formation de trois heures est adaptée aux réalités collégiales et dresse l’état des lieux des pratiques assurant une gouvernance forte et dynamique.

Entrevue avec Michel Nadeau, directeur général de l’IGOPP.

 

Quels sont actuellement les principaux défis des administrateurs de cégeps?

Comme la plupart des organisations, les cégeps sont devenus au fil des ans des organismes plus complexes. Les membres du conseil d’administration doivent faire face à des enjeux éthiques, environnementaux, de conformité, de responsabilité sociale et de gouvernance. Globalement, les 48 cégeps du Québec sont responsables de la gestion d’une enveloppe de 1,893 milliards de dollars provenant des fonds publics. Cela représente en moyenne 39 M$ par cégep. Les médias s’intéressent également au fonctionnement des cégeps et des autres établissements d’enseignement.

La formation sur la gouvernance donne des outils concrets aux administrateurs pour mieux assurer leur responsabilité de supervision et d’encadrement de l’organisation. Pour bien assumer son rôle, dans un cégep ou une grande organisation, le membre du conseil doit bien comprendre le fonctionnement de l’organisme pour échanger, de façon fructueuse, avec les cadres.

Pourquoi une gouvernance forte est-elle nécessaire?

En raison des contraintes budgétaires, le public est de plus en plus exigeant quant à la gestion de ses impôts. Les auteurs d’actes de gaspillage sont rapidement cloués au pilori de l’opinion publique. Pour mieux répondre à un environnement de plus en plus complexe, les cadres se dotent de nouveaux outils de gestion à travers des formations spécialisées. Le risque alors est de voir s’élargir le déséquilibre d’information entre la permanence et le conseil.

De concert avec le ministère, le conseil d’administration (CA) doit assumer son rôle d’offrir le meilleur environnement possible à sa population étudiante. Les membres du conseil doivent donc combler le déficit de connaissances opérationnelles en mettant l’accent sur des interventions axées principalement sur la vision à moyen terme de l’organisation et sur la démarche de croissance vers l’amélioration des services du cégep.

Que peuvent faire les collèges pour renforcer leur gouvernance dans le cadre actuel?

Tout d’abord, les membres du conseil doivent bien s’entendre sur une vision commune de la gouvernance, notamment à travers un programme d’accueil des nouveaux membres. Une solide formation de base des membres du conseil devrait permettre de bien distinguer les enjeux stratégiques des défis opérationnels, qui restent la responsabilité de la haute direction du cégep.

Dans un deuxième temps, les membres du conseil devraient prendre quelques heures pour des formations spécialisées reliées à des défis comme l’enseignement à distance, l’utilisation des réseaux sociaux, etc.

Mais les administrateurs ne doivent jamais oublier que leur rôle premier est de déterminer la vision propre à l’institution. Réfléchir à différents aspects de ce que sera le cégep dans cinq ans devrait faire l’objet d’une attention prioritaire des membres du CA.

Qu’entend-on par gouvernance « créatrice de valeurs »?

De nombreux conseils d’administration consacrent la plus grande partie de leurs réunions au suivi des opérations du cégep et au respect des normes de conformité… Il est sain de jeter un regard sur l’évolution courante des activités et d’interroger les cadres sur les écarts par rapport aux résultats attendus. Mais les membres du conseil ont une autre grande responsabilité : la création de valeurs, notamment en enrichissant les propositions mises de l’avant par le management. Ainsi, l’Institut sur la gouvernance a développé un modèle unique pour permettre aux membres des CA de devenir des administrateurs dits « activistes ». Ce cadre de référence, qui peut s’appliquer à tous les types de conseils d’administration, sera utile à toute personne qui veut contribuer à différents conseils en entreprise privée comme dans le secteur coopératif, syndical et public.

Quelles sont les nouveautés de cette formation?

La formation est présentée par des personnes qui ont une solide expérience du contexte particulier des cégeps. Il ne s’agit pas d’un cadre théorique.  Les formatrices et formateurs vont partager tous les petits secrets provenant de leur vécu au sein de différents conseils, ce qu’aucun manuel ne peut faire actuellement.

De plus, le rapport du Vérificateur général a soulevé cinq enjeux propres à la gouvernance des cégeps, enjeux qui sont repris dans la formation de façon concrète et pratique. On abordera ainsi les enjeux des conditions de travail non réglementées des cadres et des hors-cadre, des frais de déplacement, de représentation et de réception, des services autofinancés, de la gestion contractuelle et de l’évolution du parc immobilier. La documentation comprend plus de 70 tableaux que les formatrices et formateurs vont passer en revue pour présenter tous les aspects d’une nouvelle gouvernance à 360 degrés.

Qui devrait suivre cette formation?

Toute personne intéressée aux questions de l’exercice du pouvoir dans les organisations gagnera à mieux comprendre les rouages de la gouvernance. Évidemment cette formation a été conçue pour le cadre spécifique des cégeps. Les membres du conseil et les cadres supérieurs qui interviennent régulièrement au CA des cégeps trouveront des éléments pour améliorer leur performance. Mais les participants vont acquérir des connaissances et se familiariser avec des pratiques qui pourront leur permettre de réussir dans n’importe quel conseil d’administration.

La formation peut-elle être adaptée pour répondre aux problèmes spécifiques rencontrés par les établissements où elle est dispensée?

Avant le début de la formation, le responsable communique habituellement avec le président du conseil et la direction générale pour avoir un aperçu de la dynamique du conseil. C’est à ce moment que la formatrice et/ou le formateur pourra prendre un peu de temps pour préparer une discussion sur les enjeux spécifiques au conseil d’un cégep particulier. On consulte également le matériel de base de la gouvernance du cégep : rapport annuel, revue des activités, états financiers. Chaque formation tient compte ainsi du contexte particulier et de la dynamique au sein du CA du cégep.

—–

Michel Nadeau est directeur général de l’Institut sur la gouvernance d’organisations privées et publiques (IGOPP). Après avoir travaillé de 1974 à 1984 au Devoir en tant qu’éditorialiste et responsable des pages financières, il a occupé, durant près de 20 ans, différentes fonctions à la haute direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Il a participé à la formulation des premières politiques de placement pour les déposants. Il fut responsable de la supervision des grands portefeuilles d’actions et d’obligations de la Caisse tout en siégeant à tous les comités d’investissements dans les placements privés et l’immobilier. Il fut enfin nommé en 2001 président de CDP Capital, l’entreprise qui regroupait plus de 100 milliards $ d’actifs. Durant plusieurs années, il a siégé au Comité de régie d’entreprise du Pension Investment Association of Canada (PIAC). Il est membre de différents conseils d’administration de sociétés privées et d’organismes sans but lucratif.

Inscrivez-vous au bulletin pour être tenu au courant des dernières actualités